Effondrement du Bitcoin : rien ne va plus dans le monde des cryptomonnaies

20/11/2018 à 10:02

Au secours, le Bitcoin est tombé bien bas !

Ça y est, c’est officiel. La Nouvelle fait mal aux amateurs de monnaie virtuelle. Les cryptomonnaies, cet or invisible pourtant lourd, a pris le chemin de l’effondrement. Les monnaies virtuelles, frappées par une baisse inédite, sont en état de choc. Concrètement, le Bitcoin lâche près de 5% sur chaque journée, ce qui installe la crypto royale sur un déficit de 17% en une semaine. Le XRP quant à lui a essayé de sauver les meubles en retrouvant sa part de 7% sur une journée, mais tout en restant à 6% pour la semaine. Dans les rangs de l'Ethereum, c’est la panique, avec un score négatif atteignant 11% sur 24 heures et 26% pour la semaine. Du côté du Bitcoin Cash, la maison lâche plus de 30% sur une semaine.  Cet effondrement touche évidemment les autres cryptomonnaies dont beaucoup ont cédé jusqu’à 28%, comme l’EOS, le Litecoin, le Stellar, le Cardano, sans oublier le Monero.

Ce n’est pas non plus la grosse surprise car cela fait un moment que le Bitcoin n’est pas au mieux de sa forme et qu’il peine à reprendre le train en marche. En réalité, il court toujours derrière depuis 13 mois en tombant au-dessous des 6.000 dollars. Déjà, en octobre 2017, les affaires n’allaient pas fort, sans que personne ne puisse véritablement trouver une bonne raison à cet effondrement. C’est un peu le mystère des monnaies virtuelles. Quand tout va bien, personne ne sait pourquoi. Mais quand tout va mal, c’est pareil. Le Bitcoin n'était plus retourné sous les 6.000$ depuis d'août. Il semblait aller mieux, du moins s’était-il stabilisé. En réalité, la vraie crise restait à venir…

En chiffres, Coinmarketcap estime que la capitalisation du Bitcoin serait repassée sous les 100 milliards de dollars, à 92 Mds$ environ, contre 19,1 milliards de dollars pour le XRP de chez Ripple, qui double l'Ethereum et ses 16,1 Mds$. Quant au Bitcoin Cash, il a bien maigri lui-aussi, pour ne peser plus que 6 Mds$, tandis que le Stellar se noie dans 4,4 Mds$ et que l'EOS agonise avec ses 3,7 Mds$.

Finies les vacances pour le BTC, qui va devoir maintenant se relever pour affronter d’autres aventures du marché virtuel.

 

Les réalités mystérieuses d’un monde opaque

Pour les spécialistes, comme Michael Terpin, associé chez Alphabit, la difficulté pour le marché est toujours de trouver un plancher qui servirait de fusible et permettrait de mieux anticiper les éventuelles secousses à la baisse qui ébranle l’ensemble des acteurs du marché. Le principe du yo-yo si cher au monde des monnaies virtuelles n’en est pas à sa première mystérieuse tempête. N’oublions pas que le Bitcoin avait atteint en décembre 2017 le pic historique de 20.000 dollars, avant de plonger littéralement en lâchant du 70%. Cet évènement n’a pas manqué d’alerter ceux qui ont toujours cru au danger lié à la fragilité des plateformes de réseau. Cette chute a également relancé le débat sur cet autre danger que peut représenter une bulle spéculative.

De plus, les guerres internes, les conflits fratricides ne font rien pour sécuriser un contexte déjà miné. Il est utile de considérer le dernier conflit opposant les groupes du Bitcoin Cash, ABC et SV, dont il semblerait que ABC puisse sortir vainqueur. Cette affaire du « split » prend son origine dans l’attribution du réseau dominant à l’un des deux groupes. Bloomberg explique au sujet du BCH, « que deux versions logicielles seront en compétition pour devenir la chaîne dominante. Selon cette même source, il semblerait que « certains 'mineurs' pourraient ainsi basculer du minage de Bitcoin au minage de Bitcoin Cash, afin de soutenir telle ou telle version ».

Le rapport de force a commencé entre les deux protagonistes. Comme le souligne l’agence Bloomberg, "le gagnant sera en mesure de modifier le logiciel à son avantage, par exemple en déterminant comment miner des jetons plus efficacement". L’agence va même plus loin en précisant : "parmi les autres avantages, il y a la possibilité d'attirer de meilleurs développeurs et un plus grand nombre de mineurs à rejoindre son pool. Quiconque acquiert le contrôle aura également une grande influence sur le prix du jeton concerné ». C’est dire que cette bataille toujours en cours risque d’imposer des conséquences très graves en termes de déficit. En effet, comme le rappelle Jean-Noël Legalland, dans son article sur boursier.com du 19/11/2018 : « Quoi qu'il en soit, le combat se traduit pour l'heure par une perte de valeur, puisque le Bitcoin Cash ABC et le Bitcoin Cash SV cumulés représentent ensemble significativement moins que le Bitcoin Cash antérieur. »

En vérité, l’opération ABC serait dirigée par Bitmain, cador chinois de l'industrie du Bitcoin, et l'investisseur Roger Keith Ver - l'un des plus anciens investisseurs aventuriers dans le Bitcoin et les sociétés apparentées. On surnomme parfois cet homme d’affaires le 'Bitcoin Jésus'. En effet, il a dès le début ardemment soutenu les aventures du BTC et des cryptomonnaies en général. En face, l’équipe SV, Satoshi’s Vision, est dirigée par son capitaine et milliardaire Calvin Ayre, secondé par l'Australien Craig Steven Wright. Ce dernier aurait même avoué être le mystérieux Satoshi Nakamoto, créateur anonyme du Bitcoin. La légende continue au pays des cryptomonnaies. Un peu de poésie n’a jamais fait de mal, sauf à ceux qui ont investi beaucoup dans les monnaies virtuelles. Un argent qu’il ne reverront sans doute jamais, sauf si le BTC se relève, une fois de plus, de sa mort symbolique.

Retour aux actualités